30/12/2011

Un million d'entreprises utilisent Google Apps en Europe et vous ?

La suite applicative dans le cloud de Google continue sa percée commerciale. 

L'éditeur annonce avoir séduit 3 millions d'entreprises dans le monde et vient de passer le cap du million en Europe. Enrichir les fonctionnalités et rassurer sur la sécurité des Applications tels sont les messages de la firme de Mountain View.






Vous connaissez pas encore Google Applications ? C'est une suite de logiciel sur internet qui vous permet de partager des documents et de mettre a jours ledit document. Nous l'utilisons dans le cadre de l'intelligence collective ou bien pour travailler sur des dossiers en groupe, cela nous permet de nous corrigé et de partager notre savoir et nos idées entre tout les consultants partout en deplacement.
Imaginé un moment que vous etes en déplacement et que vous voulez remettre un rapport, et bien vous pourrez le faire a distance avec vos collaborateur. Dans la roadmap futur de google apps, il est question de video et de son. Ont pourra aussi mettre des mise a jour en mode deconnecté cet année apparement.

C'est le top plus ultra :) Mais attention a la sécurité quand meme !
Maintenant vous savez ce qu'il vous reste a faire, Google apps 360 degrés sur tout les laptops

27/12/2011

Le cyberespionnage, une arme économique pour les pays

La Chine a piraté des dizaines de milliers d'emails d'entreprises occidentales. 

Ca devient une habitude chez les yeux bridés quand ils sont devant l'ecran pc.
Traduit par mes soins de la dépeche de Bloomberg News

video 
vidéo d'illustration des ecoutes mobile


Ce sont les services secrets américains qui se sont rendus compte de ces cyberattaques intervenues via les données d'un réseau hôtelier.

Dans le monde de l'intelligence économique mondial, tous les yeux sont braqués sur la Chine. Et pour cause: elle est accusée d'espionnage économique.
Les victimes principales? Des milliers d'entreprises occidentales. 
Dotés d'une mine d'or de données relative à la propriété intellectuelle, Google et Intel ont été les principales victimes cet année. Ce sont cibles de choix pour les hackers situés en Chine, le dernier qui en a fait les frais c'est un prestataire de service internet à destination des hôtels.

Selon un fin connaisseur des cyberattaques des services secrets américain, cette attaque aurait permis aux hackers d'accéder à des millions de courriels confidentiels et cryptés. Mais ce n'est pas tout: ces hackers ont utilisé IBahn comme porte d'entrée vers des réseaux d'entreprises associés, accédant ainsi à leur données les plus confidentielles le plus simplement du monde et cela depuis plus de dix ans ! Ce réseau large d'au moins 760 entreprises touche entre autres les secteurs de l'aeronautique, de la biotechnologie et de la pharmaceutique.

En réalité, l'espionnage industriel fait partie intégrale des politiques économiques de la Chine. Son but:  voler les Etats-unis et d'autres pays pour devenirla première puissance économique dans le monde. Les services secrets américains ont émis un rapport à ce sujet, le mois dernier. "Ce qui s'est réellement passé pendant ces cinq dernières années, avouons-le, c'est que la Chine a espionné toutes les entreprises listées sur Dun & Bradstreet", a déclaré Richard Clarke, ancien conseiller sur la cybersécurité auprès de l'ancien président américain George W.Bush.

Mais où les Etats-Unis se situent-ils en matière d'espionnage? Il vise exclusivement les gouvernements extérieurs, les armées étrangères et les groupes terroristes, les entreprises europeennes. "Nous ciblons des données qui nous permettent de nous défendre contre toute éventuelle attaque". Pour l'heure, le gourvernement américain cherche un moyen d'améliorer le système de sécurité des entreprises, afin de lutter plus facilement contre les cyberattaques.

 Toujours avec les meme chinois en mai 2011, des données américaines parmi les plus sensibles ont été forcées : comptes Gmail de hauts fonctionnaires, plans de matériel militaire chez Lockheed Martin. La Chine revelle ainsi les incessants efforts menés par certains pour s'approprier les secrets et la propriété intellectuelle des Etats-Unis ou de leurs entreprises. C'est le type de crime majeur de notre ère." Dans le domaine de l'espionnage industriel, il n'est pas d'allié ni d'ami.

La guerre est-elle déclarée pour autant ? Dans un récent rapport au Congrès, les services du contre-espionnage américains ont désigné la Chine. Tandis que les autorités civiles pressent les grands acteurs économiques de prendre des mesures de protection, des stratégies militaires s'affinent au nom de la protection des intérêts vitaux des nations, et cette pression sécuritaire inquiète les défenseurs des libertés.

Conclusion de l'auteur:
L'arme informatique a pris sa place parmi les autres armes d'appui. Une cyberguerre pourrait gêner mais non désarmer un adversaire". Encore vrai en 2011, mais demain ?
Toutes les infrastructures physiques migrent vers des applications informatiques, comme la téléphonie qui transite maintenant sur internet. Quiconque paralyserait ces systèmes renverrait un pays au moyen-age, et plus notre environnement se dématérialise plus les effets seront potentiellement catastrophiques.   Plus que de développer l'idéologie sécuritaire on ferait mieux de faire développer les logiciels par des développeurs compétents (ils coutent plus cher mais c'est quand même plus sécurisé). C'est plus le cout de l'incompétence et de la connerie que payent les grandes entreprises victimes de ces cyber-attaques qu'on se le dise.



21/12/2011

Un outil d’autodiagnostic d’intelligence économique pour les TPE/PME

Le ministère de l'économie (France), des finances et de l'industrie se préoccupe depuis longtemps de l'intelligence économique, celle qui permet aux entreprises de mieux assurer leur veille et leur protection sur les données stratégiques et confidentielles.
Plus on en parle aux TPE et PME et plus le risque semble élevé, faute de moyens et de stratégie ad hoc. Bercy propose donc à ce type d'entreprises un outil d'autodiagnostic concocté par l'Ordre des experts comptables. Son objectif est de permettre aux entreprises de faire le point sur leurs pratiques en termes de collecte, d’analyse, de valorisation, de diffusion et de protection de l’information stratégique.

Le test comprend 38 questions classées en trois parties :
1. Veille (concurrentielle, économique, juridique)
2. Influence et compétitivité (actions de communication, image de l'entreprise, etc.)
3. Capitalisation et préservation du patrimoine immatériel (sécurité économique, informatique, etc.).

Un moyen rapide et efficace d’identifier ses forces et ses faiblesses. On peut faire le test à l'adresse suivante :
http://www.experts-comptables.fr/design/csoec/html/autodiagnostic-intelligence-economique/

Pourquoi je m'interesse a la France ?Par ce qui j'y ait fait mes etudes et par ce que chez nous en France ca bouge, contrairement ici en Belgique ou l'ont préfère dormir ...

20/12/2011

Privatisation du renseignement anglais pour le secteur privé

Le nouveau James Bond commercial est arrivé. Il est représentant de commerce. 

Son ordre de mission ? Répondre au dernier défi du renseignement mondial : la cyberguerre économique et le renseignement.

Le GCHQ (Government Communications Headquarters), le service secret britannique notamment chargé des écoutes entend vendre son savoir-faire technologique au secteur privé.
Click here to find out more!
Officiellement, il s'agit d'aider les fleurons économiques britanniques à l'instar des entreprises de défense, télécoms, pharmacie et énergie ainsi que les services financiers à gagner la guerre économique. En fait cet agence fondée en tant que telle en 46 entend surtout se procurer des revenus supplémentaires en ces temps d'austérité budgétaire. Restriction oblige !

Un label vendeur

Les écoutes sont un métier trop sérieux pour que tous leurs secrets soient divulgués sur la place publique. Pour cela une infime partie des renseignements obtenus par des matériels sophistiqués et traités par les linguistes, informaticiens et mathématiciens maison seront proposés aux entreprises anglaise. Rien n'a filtré sur les tarifs ou les options offerts aux clients.
Une chose est claire, le label GCHQ est vendeur.

Le GCHQ travaille en étroite collaboration avec les américains dans le domaines des ecoutes et d'espionnage.

Dépendant du ministère des affaires étrangères le GCHQ, dont le budget est secret, est placé sous l'autorité du Conseil national de sécurité. Cet organisme de l'ombre coordonne les différentes agences de renseignement du royaume et sert d'interface avec le 10 Downing Street.


17/12/2011

Gartner publie un rapport sur la gestion de l’information comme avantage compétitif.

 A l’ère de l’information pendant la période des années 90 qui désigne des changements économiques et sociétaux retentissants où l’exploitation de la technologie est à la source du profit. Nous sommes dans la deuxième partie/étape de cette ère. Historiquement les géants de l'informatique se formaient grâce à l’installation des nouvelles technologies, c’est le cas d’IBM et Microsoft par exemple.
 Désormais, la démocratisation de la technologie est telle que la rentabilité d’une entreprise passe par l’exploitation judicieuse des technologies déjà installées  et des données qu’elles généraient, à l’image de Google. Facebook a également su convertir l’exploitation de nouveaux types d’informations en mécanique commerciale d'apres le rapport

Pour la décennie à venir, 4 types d’informations seront au cœur des stratégies des entreprises :
 - La localisation : qui permettra l’optimisation des ressources au sein des entreprises
 - Le développement durable : sera à l’origine de l’adaptation des organisations aux réalités environnementales
 - ADN : son impact sur l’agriculture et sur la médecine aura des conséquences sur les marchés de l’assurance et de divers autres secteurs.
 - Analyse sociale : l’analyse de rendement via la structure et la composition des entreprises sera au cœur des réflexions de l’intelligence stratégique.

 Par ailleurs, des progrès sur les thématiques identitaires (reconnaissance d’image entre autres) et sur la connaissance humaine (cognitive et émotionnelle) seront progressivement valorisés au sein les entreprises.

La gestion de l'information dans l'entreprise d'aujourd'hui

Ont peut aussi lire dans le rapport que dans les entreprises 61% des salariés ont peur des sanctions. L’une des craintes principales est en effet d’y consacrer trop de temps et d’en être pénalisé. De surcroît, le salarié considérant son savoir comme un capital personnel voit une moultitude d’autres risques au partage d’informations dans l'organisation de sont entreprise.
Une ” zone grise “  qui freine ses ardeurs, alors que la compétition se durcit dans et hors l’entreprise : - 59% des sondés redoutent le plagiat
- 37% un effet boomerang
- 141% une perte de valeur sur le marché interne.

28/11/2011

Comment bien recruté une source ouverte en intelligence économique

Intelligence économique

Il y a beaucoup de personnes sur les reseaux sociaux, ce sont des cibles de premiere qualité pour tout chasseur de tete (expression au figué). Chacune d'elle a une motivation il suffit de l'exploité pour un retour sur investissement. Je vous propose de nous intéressé a ceux qui détienne des secrets industriel ou qui font partie des services secret.
Le moment de l'humour: A la fin un petit moment d'humour sur la Sureté de l'Etat en Belgique, sorry je voulais dire la CIA. Vous allez comprendre pourquoi a la fin . ..


Comme disait mon professeur a l'université : « c’est pas tant le fait d’avoir accès à des secrets le problème, que de s’en vanter devant l’ennemi ». Et si aujourd’hui l’ennemi devient de moins en moins identifiable, le net reste une agora où l’homo numericus en mal de reconnaissance à tendance à se répandre comme un haut parleur.

Car de mon temps ou j'etais encore aux etudes et ou ont nous enseignait des super truc de 007 et encore où la guerre froide m'etait enseigné, l’activité première consistait à déceler les espions ! Et, mieux encore, à identifier le pauvre diable possédant certains secrets pouvant être utile à mes commanditaires. Le plus dur était de les repérer.

Aujourd’hui donc j'ai plus besoins de les cherché, ils vienne tout seul a vous, c''est ca le miracle du net. Et Google c'est mon GRAND AMI,  puisqu’à lui tout seul il me permet en quelques secondes de retrouver des personnes à qui extorquer des informations, et ce sans tentatives d’intimidations mais juste avec une belle blonde en avatar Facebook (mais je ne détaillerai pas cette sordide supercherie pour l’instant)..

Démonstration…

Vantes toi sur LinkedIn, je te social engineeringerai plus facilement


Vous connaissez l’ingénierie sociale ? Le principe est simple : extorquer des informations en faisant parler sa cible, et ce grâce à la récolte préalable et minutieuse d’informations à son sujet

Vous connaissez l’habilitation secret défense ? Le principe est simple : l’Etat accorde à certaines personnes le droit de consulter des informations qu’elle cache a la société

Vous connaissez LinkedIn ? Le principe est simple : un réseau social en costumes cravatte sur lequel les gens du monde entier se retrouvent pour se coopter afin de potentiellement trouver un nouveau boulot dans le future.
Et sur lequel certains internaute  souhaitent se mettre en valeur afin de briller au firmament des experts numériques. La pression sociale étant parfois plus forte sur ce réseau que sur d’autres elle presse les utilisateurs à se mettre en avant. C'est pas chouette ca ?

Vous connaissez la requête site: sur Google ? Le principe est simple : si vous écrivez par exemple site:linkedin.com vous pourrez recherché directement depuis Google sur LinkedIn, sans passer par le moteur de recherche interne.

Vous voyez où je veux en venir ?
Si vous combinez le tout, il vous suffit d’inscrire site:linkedin.com « secret défense » OR « habilitation secret défense » dans Google et… Vous venez de réaliser en 15 secondes ce que mes ennemis mais néanmoins confrères de la CIA mettaient des mois à réaliser : identifier des personnes qui, par vantardise, étourderie, non connaissance du net et j’en passe, annoncent fièrement la couleur….
Ils sont au courant de choses secrètes qui peuvent vous intéresser (ou en tout cas vous permettre de briller dans les diverses grandes sociétés  auxquelles j’appartiens.



Ne reste plus ensuite qu’à aller les titiller un peu (en retrouvant leurs profils Facebook ou autre) pour en apprendre plus…. La méthode au prochain épisode !

Cette petite méthode simple et accessible, mais qui fait maintenant de vous un specialiste de l'intelligence économique, marche très bien aussi avec Copains d’Avant qui est un reseau social tres interessant aussi.




Allez hop… je suis pressé mais puisque vous êtes encore là, une dernière petite technique qui fera pâlir James Bond.
Dans Google, tapez filetype:pdf « ne pas diffuser » (et choisissez l’option temporelle « moins d’un mois »). Voilà, vous êtes maintenant vous aussi dans la confidence…



Vous voulez encore plus ? Des cv de James bond qui traine sur le net ont en trouve partout. Je vous presente James bond null du SGRS (Service general renseignement et de securité), un specialiste en management de l'information ....  Je sent que je vais devenir bientot sont ami sur facebook et pourquoi pas l'invité a boire un verre pour mieux avoir quelque renseignement economique.







Humour: La Sureté de l'etat a Bruxelles alors ? Pourquoi ne pas mettre le numero telephone et l'adresse des autres services secret a l'etranger comme ca tout les citoyens ne vous embetterons plus. Ca s'invente pas !!!








Ce genre de services est facturé de 7000 a 15.000 euro pour une cible pour les entreprises, si ca vous interesse. ... Saché que la competence ca se paye.
En IE on appelle cela l’exploitation des sources « ouvertes », et c’est un vrai métier.

25/11/2011

Une invitation de l’Académie de l’Intelligence Economique

Bonjour Sofian Parisi,


L’Académie de l’Intelligence Economique a le plaisir de vous informer qu’elle organise la Journée nationale d’Intelligence Économique d’Entreprise de 2011 (JIEE’11).

C’est l’évènement majeur de l’année consacré au lien direct qui unit intelligence économique, performance et compétitivité de l’entreprise.

La journée de conférence se tiendra le mardi 13 décembre 2011 au Centre des Congrès d’Aix-en-Provence, en partenariat avec l’Ecole Polytechnique et le Centre régional d’intelligence économique (CRIE-PACA), placé sous le Haut Patronage du Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, François Baroin.

Nous pensons que la JIEE'11 pourrait vous intéresser et que vous pourriez, en retour, apporter une contribution de qualité en tant que « Participant-public » aux conférences et ateliers IE.

Si cela vous intéresse, le programme et l’inscription JIEE’11 sont accessibles sur : aie-jiee.blogspot.com

Au plaisir de vous rencontrer à cette occasion.


Très bonne semaine,
Alain Juillet – Président
Robert Guillaumot – Secrétaire Général
Diem Tran – Responsable JIEE’11
Académie de l’Intelligence Économique

Contact :
30, quai du Louvre – 75 001 PARIS
Téléphone / Fax : 01 45 08 40 29
academie.intelligence.economique@gmail.com
Site web JIEE’11 : aie-jiee.blogspot.com
Site web AIE : academie-ie.over-blog.com

19/11/2011

Signaler les opportunités et les menaces futures pour les société

Intelligence économique en Belgique

Un morceau de mon travail consiste à communiqué aux dirigeants les informations nécessaires à la croissance, à l’innovation et au développement de l’entreprise. Pour cela j'explore des bases de données spécialisées, je décortique aussi des études sectorielles (beaucoup trop meme…).
La vraie difficulté pour un consultant en intelligence economique consiste moins à trouver des renseignements qu’à ne pas se perdre dans le volume de données que je suis amenés à traiter.

La partage et les sources.
Autre source d’informations capitale : le réseau. Pour etre efficace je dois entretenir un bon carnet d’adresses, en interne comme en externe.
Par exemple dans une société j'ai du expliqué a tout les employés qui etait en contact avec la clientele ou en deplacement, de donné spontanément des informations sur les entreprises, salon, foire, connaissance et meme pays visités en vacance. Chaqe  information reporté donne une fiche avec le nom de l'auteur et une remarque. Ponctuellement je recois également des renseignements venant d’autres professionnels.  Evidement je renvoie l'ascenseur lorsque les données échangées n’ont pas une portée stratégique pour un de mes clients.


Je dois aussi etre toujours etre en alerte.  
Un bon consultant doit etre curieux et tenaces, chez la plupart de mes collegue c'est devenu un reflexe. Par exemple je m'interesse beaucoup au marketing et je suis les évolutions du marketing et les resultat financier de leurs marché. J'analyse aussi le potentiel d’une zone géographique et j'etudie les tendances géopolitiques en général d'une zone X.
Je dois aussi anticiper les répercussions d’un événement, même s’il est très éloigné.

Par exemple la pme A  et son concurrent B par exemple,  cherche à développer une offre très haut de gamme qui viserait une clientèle. Il s’agit pour moi de décrypter quel pourrait être son impact sur la société A en fesant une analyse des risques.  Mon métier, c’est l’art d’anticiper avec des modele et divers types de scenario pour ne rien laissé au hasard.

Au final l’intelligence économique permet à l’entreprise de conquérir de nouveaux clients, d’innover au bon moment, d’anticiper les évolutions de son environnement, de provoquer de nouveaux partenariats et d’asseoir son influences. Pourtant, peu de sociétés osent encore franchir le pas, mais saché que vos concurents ne reste pas les bras croissé longtemps, et que quand ils se reveillerons ca vous couteras plus chére. C'est une phrase que j'aime répéter pour les patrons d'entreprise :)

Aujourd'hui en tout cas les petites pme dont certaine que je frequente sont victimes de manœuvres déloyales, notamment sur les marchés stratégiques. Elles affrontent la mondialisation des échanges sans avoir de quoi lutter à armes égales. Etant farouche défenseur des pme bruxelloise je prone souvent pour les client la mise en place d’une politique de l’intelligence économique et cherche à sensibiliser tout les employé dans les société pour leurs expliqué leurs interets et le caractère vital d'une autre approche pour maintenir leurs marché.


14/11/2011

Un pti dejeuner pour faire affaires avec des investisseurs

Reseau

Ca vous dit un petit dejeune avec des investisseurs pour faire affaires si vous lancez votre entreprise ou si vous etes a la recherche d'un peu d'argent ?
Le petit déjeuner financier, comme l’a imaginé la société M5 à l’origine de l’initiative, ressemble un peu à un speed-dating  dans le domaine des affaires.
Chaque mois, il offre 10 minutes à des start-ups wallonnes pour défendre leur projet auprès d’un parterre d’investisseurs potentiels. « L’idée est de mettre en contact des entrepreneurs et des organismes qui soutiennent la création d’entreprise, comme Solvay Entrepreneurs ou les pôles de compétitivité.
Les jeunes porteurs de projets viennent convaincre pour décrocher des fonds mais aussi pour bénéficier d’une expertise commerciale, industrielle ou en gestion.
Si vous souhaitez présenter votre projet pour trouver un financement ou si vous cherchez à investir dans un projet novateur, n’hésitez pas à prendre contact avec les organisateurs.

Infos :

Province du Brabant wallon : Direction d’administration de l’économie, de l’agriculture et du tourisme
Athanase Mapessa 010 23 61 55 - e-mail: athanase.mapessa@brabantwallon.be


M5 S.A. Jean-Louis Mentior: 0475 56 49 12


P.S: Dites seulement que vous voulez faire tourné boutique sur le brabant wallon dans le futur. La priorité sera donnée aux projets issus des pôles de compétitivité et ayant un lien avec la Province....

10/11/2011

Des assises sur l’intelligence économique a Paris, interessant

VIP Groupe
 
VIP Groupe Training Center a pour objectif de préparer tous les acteurs de votre entreprise aux changements et à l'évolution de l'environnement managérial. L'Ecole VIP GROUPE aide, conseille, accompagne les Directeurs des Ressources Humaires ( DRH) dans la concrétisation de leurs projets de formation.

VIP Groupe organise donc les cinquièmes assises de l’intelligence économique et de la veille stratégique les 27 et 28 novembre courant à l’esplanade du Sofitel. Cet événement devra réunir des experts nationaux et internationaux spécialisés dans le domaine des nouvelles technologies et de l’économie.
Les themes sont: 
1. De la donné au savoir : l’information comme nouvelle ressource stratégique
2. L’innovation par l’intelligence économique
3. Méthodes de l’analyse stratégique de l’information à l’heure de la surabondance 

« Les firmes qui se maintiennent et qui sont performantes sont celles qui pilotent avec succès l’innovation et les technologies de l’information et de la communication et s’appuient de façon avisée sur les ressources humaines, considérées de façon inéluctable comme un capital immatériel, devant impérativement être développé et protégé ».

Quand appuyé sur le bouton rapporte de l'or en intelligence économique

Espionnage économique

Au moins 48 sociétés du secteur de la défense et de l’industrie chimique ont été victimes d’une série d’intrusions informatiques coordonnées, selon un nouveau rapport de sécurité du groupe Symantec.
Les ordinateurs de ces sociétés ont été infectés par un programme malveillant connu sous le nom de "PoisonIvy". Ce maliciel est utilisé pour dérober des informations.
Les noms des sociétés concernées n’ont pas été révélés mais le groupe précise que la plupart des ordinateurs touchés se situent aux Etats-Unis, au Bangladesh et au Royaume-Uni.
Parmi les entreprises affectées, 29 sont des groupes chimiques.
Certaines d’entre elles développent par ailleurs des matériaux utilisés pour les véhicules militaires!
"Ces attaques semblent avoir pour objectif de l’espionnage industriel. Il s’agit de rassembler des informations protégées par la propriété intellectuelle pour avoir un avantage concurrentiel", explique Symantec....

UN INTERNAUTE CHINOIS SUSPECTÉ

Les intrusions se seraient déroulées de la fin du mois de juillet jusqu’à la mi-septembre. L’enquête serait remontée jusqu’à un homme d’une vingtaine d’années, installé dans une province du nord de la Chine.

Au mois d’août, la société américaine de sécurité informatique McAfee a rapporté que plus de 70 organisations et gouvernements – dont l’ONU et des groupes américains de défense – ont été victimes d’une vaste opération de cyberespionnage ces dernières années. Pékin a nié être à l’origine de l’opération.

Maintenant vous savez qu'est ce qui vous reste a faire en tant que praticien de lintelligence économique: recruté des informaticiens qui bosse en solo, plus la peine de recruté du personnel dans les entreprises pour l'information économique !

20/10/2011

La Boîte à Outils de l'intelligence économique

C'est toujours un plaisir de parler ici d'un ouvrage écrit (ou co-écrit) par un des rédacteurs site Abondance.com. Aujourd'hui, il s'agit du livre intitulé "La boîte à outils de l'intelligence économique" que Christophe Deschamps publiera chez Dunod dans une semaine.

Christophe Deschamps, qui régale les lecteurs de la lettre Recherche et Référencement chaque mois avec un descriptif d'outil de veille, propose à cette occasion un ouvrage décrivant 60 outils indispensables pour mettre en place une politique d'intelligence économique.

Voici le résumé du livre par l'éditeur : Recueillir, analyser et diffuser l'information, mener une veille efficace, protéger le patrimoine immatériel (savoir-faire, brevet...), influencer l'environnememnt (réseaux, lobbying...) sont les éléments fondamentaux de l'intelligence économique.
Elle permet à toute organisation (entreprise, communauté, Etat...) de maîtriser l'information stratégique, d'avoir une meilleure compréhension de l'environnement de plus en plus complexe et hyperconcurrentiel dans lequel elle évolue. L'intelligence économique doit ainsi faciliter la prise de décision.


Nous espérons que ce livre vous y aidera au quotidien dans votre démarche en intelligence économique.










19/10/2011

Le sud du pays compte surtout des PME dans des domaines très variés

Les perspectives d’emploi sont importantes en Wallonie, plus que dans les autres Régions du pays” , constate Vincent Bertieaux, Sales&Operations Director South chez Manpower Belgium. “La Wallonie est à + 7 %, Bruxelles à + 6 % et la Flandre à + 2 %.”
Les secteurs porteurs ? “La construction. Avec les conséquences que cela peut avoir sur d’autres secteurs.” Le secteur pharmaceutique aussi. “Des groupes comme GSK et UCB sont de grands pourvoyeurs d’emplois. La biotechnologie est également porteuse.”
C’est la variété du tissu économique qui caractérise la Wallonie, estime Vincent Bertieaux qui propose plusieurs segmentations. Tout d’abord, les cinq grands secteurs d’emploi, selon la classification du SPF Emploi.
Ainsi, 38 % des travailleurs en Wallonie sont employés dans la finance, les services et l’immobilier; 28 % dans l’horeca, le commerce et les transports; 21 % dans l’industrie manufacturière avec deux grands axes : la pharmacie (28 %) et la métallurgie (17 %); 9 % dans la construction; et 4 % dans l’énergie.
Une classification par secteurs d’activité est aussi possible. Pointons la logistique, tout d’abord, avec deux pôles d’attractivité : les zones aéroportuaires (Liège, Charleroi, Zaventem) et portuaires. “On sous-estime souvent le côté portuaire de Liège et de Bruxelles. Ce sont pourtant des axes logistiques importants.”
Autre secteur : la métallurgie “qui a encore un poids important car il faut distinguer les fours à chaud et les fours à froid qui eux sont assez porteurs pour l’avenir” . Troisième secteur : la distribution, avec le commerce de détail et les supermarchés. “En lien avec la logistique” , précise Vincent Bertieaux, qui pointe notamment le centre de distribution de Colruyt à Hal et ceux de Carrefour à Nivelles et Zaventem. 
La pharmacie, autre secteur important, est implantée du côté du Brabant wallon, avec GSK à Wavre et Rixensart et UCB à Braine-L’alleud. La Recherche&Développement en biotechnologie et IT est plutôt présente dans des zones de développement, à l’Aéropole de Charleroi et en Brabant wallon. Les services se retrouvent surtout dans les grandes villes.

Quant à l’agriculture et l’alimentaire, “on en trouve encore beaucoup dans le Hainaut occidental, avec une entreprise comme Lutosa installée à Leuze-en-Hainaut”. “Il y a toute une dynamique autour de l’alimentaire, avec une présence dans toute la Wallonie” , estime, pour sa part Sophie Bertholet, directrice chez Randstad. “C’est un secteur d’avenir car tout le monde va continuer à manger.”

Une segmentation peut se faire suivant la taille de l’entreprise.

Le tissu économique de la Wallonie et de Bruxelles est composé à 80 % de PME. “Si l’on prend le top 350 des entreprises belges, seulement une quarantaine sont implantées sur le sol wallon” , note Sophie Bertholet. “Les PME, on les trouve surtout à Bruxelles et en Brabant wallon, ainsi que du côté de Liège. Les grandes entreprises sont implantées dans le bassin liégeois et le bassin carolo, qui inclut La Louvière”, note Vincent Bertieaux, qui constate que, du côté de Liège, on retrouve pas mal de nouvelles entreprises qui ressemblent à celles qu’on a en Brabant wallon.

Vincent Bertieaux voit encore une autre segmentation liée au nombre d’habitants. Avec trois zones : Bruxelles, Liège et Charleroi. “Ces villes sont interdépendantes d’autres mais qui ne sont pas toujours situées en Belgique. Liège est en liaison avec des villes comme Maastricht ou l’Allemagne .”

La force de la Wallonie, c’est sa diversité, estiment Sophie Bertholet et Vincent Bertieaux. “Celle-ci n’existe pas toujours dans tous les pays. C’est un atout car quand un secteur se porte un peu moins bien, un autre prend le relais” , précise Vincent Bertieaux. “Toutes les régions ont été touchées par la crise” , estime encore Sophie Bertholet. “Mais par contre on voit des différences dans la reprise. Namur se redresse bien en ce qui concerne les perspectives d’emploi et a retrouvé son niveau de 2008. Le Luxembourg est à + 3 %, mais Liège à - 6 % et le Hainaut à - 13 %.” 
L’impact du plan Marshall est aussi positif, estime Sophie Bertholet. “Il concerne les secteurs d’avenir porteurs de croissance, comme l’aéronautique, la biotechnologie, la pharmacie, l’alimentaire, la logistique ou encore l’économie verte. On a assisté, à Liège par exemple, au développement de nombreuses petites PME dont l’avenir est plutôt assuré. Mais il faut avoir un peu de patience pour que le volume d’emploi soit suffisant. Nous sommes vraiment à une charnière entre les secteurs d’activité porteurs d’emploi par le passé, comme la métallurgie et le textile, et l’arrivée de nouveaux acteurs soutenus par le Plan Marshall et tournés vers l’avenir.”  
 
 Source La libre

24/01/2011

Strategie commercial en intelligence economique

En Belgique, contrairement aux pays anglo-saxons, la fonction commerciale n’a pas la place qu’elle mérite. Elle est décriée ou au mieux ignorée. Seules quelques sociétés dynamiques connaissent bien leur marché et leurs clients, disposent d’une vraie stratégie et d’une organisation commerciale performante ainsi que d’une équipe commerciale bien managée.
Voici quelques exemples de points à examiner :
-Est-ce que mon principal client fait plus de 25 % du chiffre d’affaires ? Dans ce cas, la situation est potentiellement dangereuse.
- Ai-je un système de suivi des devis ? Des études ont montré que 7 affaires sur 10 ne se font pas par manque de suivi.
- Si j’ai des commerciaux à manager, est-ce que je les accompagne régulièrement sur le terrain ? Sinon, comment savoir s’ils sont vraiment efficaces et motivés ?

Mais qu’entend-t-on par démarche commerciale ? Pourquoi est-il préférable d’adopter une telle démarche ? Quand faut-il le faire ?
Les objectifs d’une démarche commerciale
- Vendre plus : on retrouve l’acception la plus courante de la notion de vente.
Il est extrêmement rare qu’un chef d’entreprise ne souhaite pas augmenter son chiffre d’affaires. Cela peut éventuellement arriver lorsque son équipement est saturé ou lorsqu’il veut souffler et mieux s’organiser après une période de croissance forte.
- Vendre mieux : en gardant le même volume mais avec de meilleures marges (en augmentant ses prix, en diminuant ses coûts de commercialisation, en éliminant des clients à la rentabilité insuffisante, donc en travaillant plus efficacement). La notion d’efficacité prend encore plus d’importance avec la réduction du temps de travail.


Les raisons d’une démarche commerciale
Les raisons varient bien sûr d’une entreprise à l’autre, mais on retrouve quelques raisons très fréquentes.
1. Des raisons externes qui sont des réactions face à :
- Instabilité : la fidélité du client est beaucoup plus difficile, la concurrence évolue de plus en plus vite. Se développer permet de prendre une marge de sécurité face à un marché imprédictible.
- Nécessité. Une entreprise perd 10 à 15% de ses clients chaque année pour diverses raisons telles que la disparition du client, la fusion de sociétés, le déplacement du lieu de décision, le changement d’interlocuteur… Il faut donc compenser cette déperdition constante.
- Risque : importance excessive de un ou deux clients. D’où nécessité de diversifier son portefeuille clients. Ce n’est pas parce que la situation dure depuis 10 ans qu’un nouvel acheteur chez ce compte clé ne peut pas vouloir changer la donne.
- Routine : si on vit uniquement sur les clients existants, on défend (à tout prix !) les positions acquises et les marges en pâtissent. Une stratégie de prospection systématique permet d’avoir un comportement plus ferme chez les anciens clients. De plus, une politique de développement commercial permet de passer d’une attitude attentiste à une attitude offensive : on n’attend pas le client on va le chercher.
2. Des raisons internes
Pour évoluer, il faut d’abord en avoir la volonté. Le chef d’entreprise doit d’abord faire un sort à certaines idées reçues :
- « Prospecter ne permet que de récupérer des clients dont personne ne veut ». A cette affirmation, nous répondons que l’on peut très bien sélectionner des clients solvables !
- « Grandir cause plus de soucis, il faut manager une équipe plus importante. » Pourtant, lorsque l’équipe s’agrandit, nous estimons qu’on peut aussi augmenter les compétences dans l’entreprise et rendre les individus plus autonomes ou déléguer certaines tâches.
3. Les motivations personnelles du chef d’entreprise sont multiples :
- Amélioration de la rentabilité,
- Esprit entreprenarial fait d’espoir dans le futur, volonté de changer le cours des choses ou de laisser sa marque,
- Curiosité, ouverture d’esprit, rester à l’écoute du monde environnant,
- Le dirigeant commence à penser à la transmission de son entreprise.
Quel que soit le mode de transmission, une société dotée d’une organisation commerciale structurée est toujours plus attrayante et moins risquée pour un investisseur.
4. Rentabiliser un nouvel équipement dont les performances permettent d’attaquer de nouvelles cibles. La rentabilité de cet investissement passe par un développement commercial urgent sur ces nouveaux prospects. Il s’agit d’augmenter ses ventes tout en maintenant ses marges.
Quand ?
Au mieux quand tout va bien. Quand les affaires vont moins bien, il est trop tard, car les résultats d’aujourd’hui sont les conséquences des actions passées.